Votre com à la carte depuis 1985
🗓 Lundi au vendredi 8h00 - 19h00

La police de caractère Easy Reading

En communication visuelle, l’utilisation d’une police de caractère la plus lisible possible est un atout de taille. Qui serait impacté positivement par une typographie difficile à déchiffrer ? Personne, bien sûr. N’importe quel message doit être véhiculé correctement pour atteindre son client cible. C’est ainsi que la police d’écriture Easy Reading a vu le jour. Impulsée par un graphiste italien, son but est d’aider à lire un texte le plus facilement du monde, y compris les personnes présentant une dyslexie. Origines, niveau de lisibilité, usages : vous saurez tout sur cette police de caractère Easy Reading.

Les origines de la typographie Easy Reading

Le fondateur, Federico Alfonsetti

C’est le designer typographique italien Federico Alfonsetti qui élabore la police Easy Reading. Obnubilé très tôt par la question de la lisibilité des lettres, il se passionne pour la typographie dès la fin des années 1960, alors étudiant dans le graphisme publicitaire. A l’époque, les caractères typographiques sont en plomb et se créent uniquement à la main. Il œuvre à l’aide d’accessoires à première vue rudimentaires, entre crayon à papier, encre de Chine, colle, pinceau et paire de ciseaux. A partir des années 1980, il commence à travailler avec un ordinateur avant de créer son atelier graphiste ainsi que sa propre typographie. En 2004, il devient co-fondateur de la maison d’édition Angolo Manzoni et il commence à créer des séries typographiques et des mises en page se caractérisant par une haute lisibilité. Deux ans plus tard, il s’intéresse aux difficultés de lecture des dyslexiques et décide alors de créer une police de caractère susceptible de leur venir en aide. Easy Reading voit le jour en 2009. Il fonde la société EasyReading Multimedia en 2014 qui promeut à la fois les recherches sur la haute lisibilité et le marketing de la police Easy Reading.

Une aide pour les dyslexiques

Ce trouble de la lecture qu’est la dyslexie se traduit par des difficultés à distinguer les lettres les unes des autres dans un texte. Environ 1 personne sur 10 dans le monde en souffre. Federico Alfonsetti et ses co-fondateurs publient en 2006 un livre sur la dyslexie et ses questionnements afférents, dont l’auteur est dyslexique. Ce dernier lui soumet l’idée de créer une police d’écriture appropriée à ce problème. Le designer étudie alors le marché et se documente en lisant la littérature scientifique abordant la question de la dyslexie. Il obtient ensuite des entrevues avec des personnes atteintes de ce trouble et leurs proches. Ce processus le conforte dans l’idée de concevoir une police de caractère spécifique.

L’émergence du « Design for all »

Au fur et à mesure, EasyReading a évolué tout en déployant un nouveau concept, celui de la « Conception universelle » ou du « Design universel » (« Design for all » en anglais). La différence y est valorisée positivement. Elle devient un réel enrichissement. Le problème de la personne dyslexique lisant un texte se meut en une véritable opportunité : la conception d’une typographie facilite la lecture pour tout le monde, pas seulement les dyslexiques. La police de caractère Easy Reading est ainsi dédiée à tous les lecteurs, quelles que soient ses difficultés potentielles, son âge ou encore sa culture. Elle a été l’objet d’une étude impulsée par la psychologue et psychothérapeute Christina Bachmann. Publiée en 2013 dans un journal scientifique spécialisé dans la dyslexie, cette recherche montre que la police Easy Reading est une ressource facilitante tant pour les dyslexiques que pour tous les types de lecteurs.

Jusqu’où la police de caractère Easy Reading est-elle plus
lisible qu’une autre ?

Les problèmes que doit résoudre Easy Reading

Comment rendre les caractères typographiques bien déchiffrables pour tout le monde, y compris les gens dyslexiques ? Pour répondre à cette question, trois difficultés sont à prendre en compte :

  1. Les polices avec ou sans serif (c’est-à-dire avec ou sans empattement).
  2. Le visual crowding ou encombrement visuel, qui se caractérise par une incapacité à distinguer un élément au départ identifiable, quand ce dernier se trouve étroitement entouré d’autres éléments. Dans le cas de la dyslexie, l’encombrement visuel engendre ainsi une difficulté à lire les lettres, trop rapprochées les unes des autres.
  3. Les caractères à la graphie comparable, comme le « p » et le « q », qui peuvent être confondus.

Certaines polices à empattements comme la police de caractère Times New Roman, Baskerville ou Garamond pour prendre quelques exemples, peuvent être considérée comme difficiles à déchiffrer, en particulier pour les personnes présentant une dyslexie. Les polices sans serif comme Arial, Calibri ou encore Lucinda Sans, apparaissent comme plus simples à lire. Néanmoins ces typographies ne résolvent pas les difficultés liées à l’encombrement visuel et à la confusion entre lettres de forme semblable.

Les caractéristiques de la police d’écriture Easy Reading

La police d’écriture Easy Reading fait disparaître toute difficulté de lecture en adoptant les deux types de caractère avec et sans serif. Elle se présente ainsi comme une typographie mixte. L’utilisation de lettres avec et sans empattements permet d’éviter de confondre les caractères entre eux. Les empattements choisis sont bien particuliers et permettent un espacement plus aéré entre chaque lettre. La lecture en est alors facilitée. La longueur des différents traits montant et descendant des lettres étant plus grande que celle des autres types de caractères, les interlignes sont davantage aérés. Ce sont plus de 800 caractères que propose Easy Reading. Très complète, ce ne sont pas seulement les lettres qui ont été conçues, mais aussi les chiffres, la ponctuation, les symboles, les accents… Cette typographie prend en compte l’alphabet latin, grec, cyrillique et bientôt copte.

Pour résumer, Easy Reading comporte des avantages non négligeables par rapport aux typographies plus communes :

  • Tandis que les polices de caractères classiques peuvent engendrer une confusion entre certaines lettres du fait de leur faible différenciation, Easy Reading est conçue spécialement pour les éviter. Les lettres s’écrivant en miroir comme le « b » et le « d » ne peuvent plus être confondues.
  • Un faible espacement entre les lettres ne dérange en aucun cas la lecture grâce aux empattements astucieusement pensés lettre par lettre. Deux « n » à la suite ne peuvent donc être confondus avec un « m ».
  • Un texte écrit en Easy Reading est plus aéré, pour un déchiffrage plus aisé.

Easy Reading pour quels usages ?

Les polices de caractères se retrouvent dans tous les types d’écriture. Entre les livres, les sites internet, les pancartes, les affiches, les cartes de visite… Elles se retrouvent sur n’importe quel support de communication. Pour sa part, Easy Reading peut être utilisée dans tous les domaines. Elle est déjà usitée un peu partout en Italie, tant dans le milieu de la culture que de l’éducation. Entre maisons d’édition, université, ministère de l’éducation, musées, théâtre, palais royal turinois, mouvement Slow Food, les domaines sont variés.

Existe-t-il d’autres solutions typographiques à haute lisibilité ?

La réponse est oui ! Easy Reading n’est pas la seule police de caractères à haute lisibilité. D’autres solutions existent pour parer au problème de la dyslexie et plus largement, faciliter le déchiffrage de n’importe quel lecteur.

Parmi elles :

  • Read Regular.
  • Lexia Readable.
  • Sylexiad, qui donne le mot « dyslexia » à l’envers (soit « dyslexie » en français). Elle a été conçue par Robert Hillier, maître de conférences en semi-retraite de la Norwich University of the Arts en Grande-Bretagne.
  • Open Dyslexic, une police libre de droits. Etant en open source, des améliorations sont régulièrement apportées par les contributeurs en fonction de l’expérience rapportée.
  • Dyslexie, créée par Christian Boer, un graphiste lui-même dyslexique.

Créer une police d’écriture plus simple que les typographies déjà existantes n’est pas si facile ! En communication visuelle, il faut prendre en compte une multitude de paramètres pour que les caractères soient lisibles par tout le monde : formes, espacements, empattements… Vous pouvez faire confiance à votre prestataire Fiba pour prendre en main la création de votre identité visuelle et la rendre hautement lisible.

Demander un devis